Une Eglise suivant le coeur de Dieu

Le temps

17:17, 18/09/2008 .. Posté dans Eglise et Societé .. 0 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

 

 

Alphabet : T

Article # 1: Le Temps

Mercredi 17 septembre 2008.

 

Le temps dit-on est la plus précieuse de toutes les ressources. Ainsi sera t-il  est-il  juste et bénéfique à tout un chacun de s’évertuer à gérer le temps et son temps, avec efficience, efficacité, discipline, puis à agir en conséquence. En tant que ressource c’est un investissement rare et extrêmement précieux à rentabiliser. Mais le hic est que certains y passent outre, tandis que d’autres, comme ceux du courant de la pensée positive, en font une fin en soi et une obsession unilatérale pleine d’ avarice, sous étiquette laïque. D’ailleurs la plus grande civilisation du monde, celle du capitalisme ou de l’Occident dont les Etats-Unis sont la tête et les tenants, nous dit que Time Is Money (le temps c’est de l’argent). Et les grands orateurs et penseurs de ce monde-là affirment que c’est en rapport à cela que le temps devient et est vu comme si précieux. C’est donc pour ainsi dire une conception matérialiste de la valeur et du respect du temps qui, dans ce champs devient adulé et Mammonisé, donc adoré plus que le Créateur, comme on en fait de l’argent d’ailleurs. Aussi, je voudrais que tous réfléchissent un peu sur certains faits et prennent conscience de ce qui suit à propos de la préciosité du temps…

 

Si vous convenez avec moi, chers amis, que le temps soit la ressource la plus précieuse, même pour l’instant, est-ce à dire qu’il faut en user n’importe comment ? N’y aurait-il pas des règles et des responsabilités ? Y a t-il moyen de parler de plusieurs temps, puisque l’on dit souvent que tout jou pa dimanch et qu’il y a un temps pour chaque chose ? Cela laisse au moins à croire par déduction qu’il aurait au moins une nuance de différences et de degrés d’importance entre ces temps-là. Quel serait le plus important de tous ? Celui vers lequel tous les autres temps affluent et trouvent leur importance et leur accomplissement ultime ? Et comment s’y prendre ?

 

Disons pour commencer qu’il nous est impératif et très profitable de penser à la façon dont le temps s’effrite vite et à la manière que nous le consommons. Et tous doivent atteler la monture de sa situation d’existence pour trouver la meilleure stratégie imaginable pour gérer et optimiser cette ressource qui nous a été échue en partage, étant une partie de notre vie, voire de nous-mêmes puisqu’on ne peut pas s’imaginer exister et vivre ici dans notre espace-temps, sans concevoir qu’il y ait un temps. Or c’est le temps qui donne sens à la valeur et à la signification de la dimension espace qui sans quoi serait un grand flou, un ennui historique, une sorte de forme d’inexistence irresponsable. Souvenons-nous, pour preuve, de cette Parole et de la Volonté du Créateur qu’il a voulu qu’il y ait un jour et une nuit (un temps) pour réaliser et arranger toutes les armées et l’architecture de sa création…les unes après les autres, et chacune après chaque durée de jour (un temps) et grâce à elle (Ge. 1).     

 

Il faut honnêtement avouer que le temps est d’une importance inégalable quand on le compare aux autres ressources de l’univers, vu la place que le Créateur Dieu a voulu lui accorder dans notre condition d’espace-temps. Mais le temps en réalité est plus qu’une ressource. C’est un don, une responsabilité, un investissement, un positionnement entre ici et l’éternité. Et nous devons y prêter jalouse attention pour en rendre compte sans rougir … aux autres, à nous-mêmes, au temps, à Dieu, quand Christ (notre vie, notre temps, notre juge) réapparaîtra pour moissonner nos parfums de nos gratitudes et les fruits de notre gérance et de notre performance. Et il en est advenu que, dans cette enclave d’espace-temps ou nous avons été mis pour notre bonheur et la Gloire de notre Dieu, tout (notre existence et notre être) est un don de Dieu, et que nous sommes astreints par conséquent à les faire fructifier et à les mériter (à un certain point) ; ce, en guise de libre et obligatoire gratitude et de totale appréciation (Actes. 17. 17-31; I Timothée 6.4-8 ; Ps 103 ; 24). A ce niveau, pour y arriver il faut une troisième voie, une autre façon de penser le temps, et avec lui le bonheur et nous-mêmes. Car ni notre positivité ni notre rationalité ni notre bonne gérance et notre dextérité ne peuvent véritablement ni définitivement nous garantir des trames, des tours et des drames des temps de la vie qui ne font que s’imposer à nous et se défiler devant nous,  souverainement et imperceptiblement (Mathieu 6. 20-33).

 

Mais juste avant quel en est le problème, ou se situe l’obstacle infranchissable qui nous dérange et nous distrait de cette profonde réalité et implication du temps. La Réponse? : C’est notre perception et notre conception modernes et nietzschéennes (homocentrique et athée) de l’existence, de l’humanité, de la liberté, du succès, et du temps. Ce sont elles en fait qui nous font penser des choses et du temps comme de quelque chose à s’accaparer et à en profiter à n’importe quel prix, s’engageant dans une sorte d’entreprise malsaine de positivité mécanique, tout-terrain, uni-sens, et utopique qui ne vise qu’à satisfaire l’ insatiété de ses désirs de gargantua. Une telle positivité n’est ni plus ni moins que l’expression de notre nature maladivement égocentrique, de notre éducation irréparablement séculariste, et de notre culture aveuglement cosmocentrique et cupide. J’appelle cette attitude la mise en œuvre typique et éhontée de notre désir de mouton de panurge qui nous pousse à vouloir entraîner tout et tous avec nous dans des abîmes de nos désillusions et de nos chimères. Lesquels sont faits d’envolées lyriques et délirantes, aidées d’un excès d’optimisme très caractéristique et manifeste de la flatulence de notre orgueil de grands-petits-rien. Il s’agit là, en termes propres et clairs, de cette flatulence morale et spirituelle incurable de notre société qui constipe notre âme et notre esprit bloqués dans les schèmes et les limitations des réflexes et du bien-être terrestres. Ce qui ne nous est jamais d’aucun progrès que de se voir faire duper en cobails des idéologies savantes déroutantes et mal intentionnées. Idéologies qui nous leurrent, nous promettant et nous faisant espérer ce qui nous a deja été donné en nous, pour nous et à portée de nous, par le Tout-Bon et le Tout-Soucieux Créateur: savoir la terre, le monde, l’univers, le temps présent, et même la pensée positive, mais d’un tout autre genre!

 

Comment donc profiter du meilleur du temps et de notre temps ? c’est en discernant la nature et la valeur du temps, du vrai et du sublime, et d’en trouver les stratégies appropriées et efficaces. Mais Par quels moyens et dans quelles attitudes ?

 

Eh ! bien, arrêtons-nous pour prêter l’oreille à ce que le psalmiste nous rappelle avec brio et justesse et veut nous enseigner à propos du temps :  « mieux vaut passer un jour (temps) en la présence du Seigneur (Créateur du temps et de toutes les ressources : la création) que mille ailleurs. Car Auprès de Dieu est la source de la Vie, par sa lumière (raison, sagesse, capacités, moyens, vérité) nous voyons  (espérer, trouver, recevoir, découvrir, posséder) la lumière (sur nous-mêmes et sur tout, comme du temps et de la pensée positive) ». Or, le temps c’est la vie, et la Vie c’est Jésus. 

 

Cessons de faire de notre temps une obsession unilatérale pleine d’avarice. Prenons un saut supérieur pour ne pas ravaler le temps au simple niveau de la monnaie ou de la l’amassement des richesses. Le temps est trop grand et trop précieux pour le comparer à l’argent. Or sans argent, des gens arrivent à vivre, du moins à exister. Avec l’argent en main et à profusion, il arrive que des vies sont perdus, nous laissant impuissants et déçus. Que d’ heureuses familles qui arrivent à peine à subvenir à leurs besoins, connaissent un succès et un bonheur que ni l’argent ne saurait donner ni les fortunes ne sauraient se procurer. On dit de ces gens et ces familles que la vie leur est chanceuse, donc ils jouissent de leur temps de bonheur et profondes affections.  Rien ne peut se faire en dehors du temps, contrairement à l’argent. Même l’argent gagné avant son temps donne du problème et conduit à la ruine de ceux qui en ont amasse et à la honte de cette ressource (argent). C’est avec raison que m’a dit le Dr Alfred Keun un jour, alors qu’il a été en Haiti de passage, le temps ne pardonne jamais ce qui est fait sans lui. Voilà plutôt qui donne de la valeur et du prix à tout , à nous-mêmes, à notre vie,  au succès et l’argent après lesquels les courants de la prospérité et de pensée positive courent à tue-tête! Mais quand nous avons tendance à recourir à ces aspirations  matérialistes pour valoriser le temps jusqu’à le vénérer en lieu et place du Créateur, comme, on connaît le stress, les urgences, l’inaccomplissement, l’échec et la confusion. . en réalité le fait d’user de son temps et de scander qu’il est de l’argent c’est une façon pour les enfants légitimes de Nietzsche d’amener l’humanité de plus en plus de Dieu dans le chaos de la relativité, de l’absence de repère moral, de la corruption et de l’exploitation des jeunes et des faibles, de l’égolatrie, du despotisme étatique, de l’adoration des savants qui se disent seuls garants de la science (pourtant d’une science qu’on appelle science rationnelle).  Si le temps est de l’argent, conseillent-ils,, vous ne pouvez vous imaginer en gaspiller pour lire la Bible, pour passer du temps avec Dieu dans la prière et la dévotion, pour aller à l’église et dans les activités missionnaires, secourir et visiter ceux qui ont tant besoin de nous, pour aller à l’école, pour attendre le moment de se donner à l’autre qu’on aime (le sexe dans le mariage)…

 

Voici la solution, voici la délivrance : savoir qu’il y en a un temps pour chaque chose, comme dit l’Ecclésiaste, qui, en plus d’être si excellent, est le plus rentable de tous. Il s’agit du temps passé avec Dieu. C’est la plus rentable des ressources et le plus grand des investissements. Pourquoi ? Parce que le temps de profiter de son temps et le mettre en oeuvre touchera inévitablement, inattendument, insatiablement, lamentablement à son terme. Il résultera à rendre compte à Jésus-Christ, le principe de toutes choses comme du temps. Lui, le Temps en Personne, l’Ame et le Maître du Temps,  le Temps Eternel (Préexistence, Passé, Présent, Futur, L’Infini), peut, chers amis, vous aider non seulement à faire bonne utilisation  du temps de votre vie mais également à boucler avec dignité et bonheur le temps de notre mission et de notre destin éternel.

 

Sachons-le donc, et décidons-nous à faire du temps la meilleure des gérances, des opportunités et des ressources pour servir et aimer Dieu, les autres, nos communautés, et nous-mêmes, en tout temps. Et réalisons et vivons la meilleure expérience du temps et des temps, en invitant le Seigneur du temps dans notre temps qui lui appartient à communier et demeurer avec nous, par ces aspirations profondes de nos âmes qui chuchotent et soupirent à Dieu :

« Mieux vaut passer un jour (temps) en ta  présence (Mon Seigneur et Dieu

Sauveur ) que mille ailleurs. Car, auprès de Toi est la source de la Vie, par Ta

lumière (raison, sagesse, capacités, moyens, vérité) nous voyons (espérer,

trouver, recevoir, découvrir, posséder) la lumière (sur nous-mêmes et sur tout,

comme du temps et de la pensée positive) ».

Viens à notre secours, Seigneur Jésus, Toi notre Vie et notre Temps !!! 

                 

 

(Extrait de l’Article Temps tiré de « Mon Alphabet de la Vie : Réflexions et Conseils Pratiques Pour Ici et Là-bas, Tome 1)» de Kysler Jean-Jacques, M.Div.

(en préparation et a paraître d’ici Décembre 2008 Dieu voulant),).

 



Les chretiens face à l'environnement

12:36, 12/09/2008 .. Posté dans Eglise et Societé .. 0 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

Chrétiens et Eglises évangéliques  d’Haïti face à la pollution de leur ville par des déchets provenant des

ménages

 

           Haïti, autrefois appelée « Perle des Antilles », devient, en dépit des mesures prises par le Ministère de l’Environnement en Septembre 2002 et de la présence des chrétiens et églises évangéliques, « le Cendrillon affamé », « une boîte à fatras ».  L’un des mandats, le dernier, confié à l’homme par Dieu, est celui de l’assujettissement de la terre (Gen. 1 : 28 a).  La situation actuelle de notre pays conduit à l’évidence que ce mandat est fortement négligé par l’homme, notamment les chrétiens évangéliques.  De ce fait, le pays est envahi par des immondices de toutes sortes ; des tas d’immondices sont observés même aux environs des églises évangéliques et des résidences des chrétiens évangéliques.  Qui sont responsables ? La mairie ? Les chrétiens évangéliques ? Ou les églises évangéliques ?   Les chrétiens  et les églises évangéliques ne contribuent-ils pas à la pollution du pays par des déchets ?  Réfléchissons sur les structures sanitaires existantes chez les chrétiens et églises évangéliques en matière de gestion des détritus, sur leur conception ainsi que leurs actions sur la pollution de leur environnement.  Ainsi on pourra avoir quelques éléments de réponses aux questions posées.

 

1.      La grande majorité des églises évangéliques, pour ne pas dire toutes, n’ont pas une structure sanitaire appropriée.

Une tournée dans les églises évangéliques du pays nous permet de relever les particularités suivantes :

·         Absence de toilettes et/ou urinoir que les fidèles peuvent utiliser aux heures de service au besoin.  Quant ils existent (toilettes et urinoir), ils ne sont pas bien entretenus : leur état laisse à désirer ;  de plus, ils ne répondent pas aux normes existant concernant leur mise en place.  En général les utilisateurs ne savent pas, peut-être, comment s’en servir pour les garder toujours propres après utilisation.

·         Absence d’eau dans le système pouvant permettre aux utilisateurs de se laver les mains

·         Présence de morceaux de papier, d’enveloppes de « bonbons » sur la cour et à l’intérieur de l’église.  Puis absence de poubelles dans l’église et/ou sur la cour de l’église. De plus, l’existence d’un système fiable de gestion de fatras ne se fait pas sentir ;  la conclusion qu’on pourrait tirer est que les fatras collectés ou ramassés dans les églises et sur la cour des églises sont déversés dans un coin de la voie publique.

·         L’état des canaux et/ou égouts avoisinant les églises laisse à désirer.  Ils sont en général obstrués par des déchets de toutes sortes.  Parfois des flaques d’eau sont observées aux environs de certaines églises évangéliques.  Les chrétiens et/ou responsables de ces églises attendent-ils peut-être une intervention de la mairie ou de l’état ou d’une organisation quelconque ?

 

 

2.       Les églises prêchent le salut et néglige leur mandat d’assujettissement de la terre

Une petite enquête informelle menée auprès de quelques leaders ecclésiastiques et

Chrétiens évangéliques nous a permis de confirmer qu’effectivement les questions ecologiques ne sont pas leur priorité.  Pour les adeptes des eglises evangeliques il revient aux autorités de l’Etat, de la mairie en particulier de s’occuper de l’insalubrité des villes.  Nous pensons et croyons qu’ il n’est pas normal à ce que des églises et des chrétiens laissent leur environnement sale sous prétexte qu’il incombe à quelqu’un d’autres de le nettoyer.  En ce sens, le Révérend Chavanes JEUNE a déclaré, à l’occasion d’une journée d’Action de grâce et de louange, le 09 avril 2004, au champ de Mars, sous le kiosque Occide Jeanty,  dans son message de circonstance, que :

 

 « La propreté fait partie de l’éthique chrétienne.  On ne peut pas louer Dieu sur un tas de détritus.  Par conséquent, les pasteurs, les diacres et les fidèles des églises doivent prendre la responsabilité de tenir propre leur localité.  Ils ne doivent pas attendre les responsables du gouvernement concernant le nettoyage de l ‘Environnement des chrétiens »

  

3.      Les chrétiens évangéliques, en grande partie, considèrent la terre comme une demeure temporaire.

Au cours de ces mêmes entrevues avec quelques leaders et chrétiens évangéliques,

les propos suivants ont été lancés :

« Nous sommes des passagers, des pèlerins sur la terre.  La pollution de la terre par des déchets n’est qu’une partie de l’accomplissement des prophéties bibliques ». 

De telles déclarations  permettent de questionner l’existence de méthode formelle de gestion d’immondices par ces enquêtés. Mais, même si les prophéties bibliques nous laissent comprendre que cette terre est sujette à être détruite, quel rapport cela a-t-il avec l’insalubrité d’une ville ?  Devraient-ils démarrer sous l’effet de la nonchalance ou l’irresponsabilité des chrétiens évangéliques ?  Ces chrétiens-là ont-ils ignoré sans doute qu’ils sont le sel et la lumière de la terre (Mt. 5 : 13 – 16) et ont un mandat d’assujettissement de la terre (Gen. 1 : 28 c ; Jér. 29 : 5) ?  Le bonheur de la ville ne dépend-elle pas encore de celui des chrétiens qui y habitent  (Jér. 29 : 7)?

 

 

4.      Les habitudes hygiéniques de base concernant la pollution par des déchets ménagers ne sont pas normalement cultivées par les chrétiens évangéliques.

 

Quelques observations faites sur le comportement de quelques chrétiens

évangéliques conduisent à l’évidence qu’une bonne partie des chrétiens évangéliques :

·         Vont uriner dans un coin de la cour de leur église aux heures de service ou de la rue

·         N’ont pas de latrines/toilettes chez eux

·         N’ont pas de poubelles chez eux et jettent leurs immondices dans les rues ou dans les canaux de drainage.  Ils jettent parfois leurs déchets à l’intérieur de leur église au moment des services.

Concernant ce quatrième point écoutons les dires d’un chrétien jetant un flacon vide dans une rue :

« Laissez-moi jeter ce flacon vide dans la rue pour le magistrat de la ville ; il n’a rien à faire, il ne fait rien de sérieux.  On doit lui donner du travail à faire ».

 

5.      Les chrétiens évangéliques se contentent à rendre la mairie responsable

 

            Comme cela est mentionné plus haut, les chrétiens évangéliques oubliant leur rôle de sel et de lumière, leur mandat d’assujettissement de la terre ont tendance à rendre la mairie responsable de l’insalubrité de leur ville.  Ils ne doivent pas oublier que là où la mairie fait faillite à sa mission, les chrétiens évangéliques doivent être là pour stimuler les responsables et/ou contribuer à maintenir leur environnement propre.

 

           

            Dieu est saint.  Il ne veut pas voir rien d’impur chez les chrétiens évangéliques ou dans leur environnement (Dt. 23 : 13, 14).  Amis (ies) lecteurs (lectrices) ,  laissons-nous conclure avec ces extraits de Isabel CARTER et Mike CARTER :

« L’environnement est notre héritage.  Nous avons la responsabilité d’en prendre soin et de le léguer à nos enfants.  La création de Dieu est un merveilleux équilibre de la nature.  Quand nous melons de le rompre, il est impossible d’en mesurer et d’en comprendre clairement les effets.  Il devient de plus en plus clair que les dégâts causés à l’environnement dans le monde entier menacent d’affecter sérieusement la création divine et la vie de chacun… L’usage que nous faisons des ressources divines peut être en harmonie avec la nature.  Il n’est pas nécessaire que nous soyons destructifs » (Isabel CARTER, Notre Héritage : L’Environnement dans Pas-à-Pas, No. 20, Novembre 1994, p. 1.

« La meilleur façon de réduire la pollution par les déchets est de réduire, par une meilleure utilisation des ressources, la quantité de déchets que nous produisons » (Mike CARTER. La Viabilité : La Question Clé pour l’Environnement, dans Pas-À-Pas No. 20, Novembre 1994, p. 2).

 

           Chrétiens, nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde.  Donnons à la terre une bonne  saveur et éclairons le monde par notre lumière en contribuant à maintenir notre environnement non pollué grâce :

·         à la  mise en place de bloc sanitaire approprié chez nous et dans nos églises

·         à l’effort effectué pour accomplir le mandat d’assujettissement de la terre tout en prêchant le salut par la foi en Jésus-Christ

·         nos actions visant à garder la terre, notre demeure temporaire, propre pendant notre passage

·         à l’application, de façon normale, des habitudes hygiéniques

·         à nos interventions sans compter sous  les responsables  d’Etat

 

À l’instar de Néhémie, les chrétiens évangéliques peuvent contribuer pour redonner à Haïti son  premier et vrai visage de « Perle des Antilles ».

 

Jean Jocelyn Dufreine

Pasteur , Agronome



Ne vendez pas Jesus pour 40 centimes.

13:41, 9/09/2008 .. Posté dans Ethique .. 0 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

 Il y a quelques années, un prédicateur accepta d'aller servir Dieu à Houston, Texas. Un jour, peu après son arrivée, il prit le bus pour se rendre au centre ville. Une fois installé, il réalisa que le chauffeur lui avait accidentellement rendu 40 centimes de trop. Il pensa 'Tu ferais mieux de rendre ces 40 centimes.

Ce serait mal agir que de les garder'.

Puis il pensa à nouveau 'Oh, oublis, ce n'est que 40 centimes après tout, qui se soucierait pour si peu ?

De toute façon, la compagnie de bus se fait chaque année des bénéfices monstres, ces 40 centimes ne vont pas leur manquer...

Accepte les comme un don de Dieu et tais-toi !'.

Arrivé à destination, au moment de sortir du bus, il hésita puis tendit les 40 centimes au chauffeur en disant 'Vous m'avez rendu trop de monnaie'.

Le chauffeur lui sourit puis répondit ' Êtes-vous le nouveau pasteur en ville ?

- Oui.

- Et bien, depuis un bon moment j'avais pensé fréquenter une église.Je voulais juste voir comment vous alliez réagir si je vous rendais trop de monnaie... Je vous verrai dimanche prochain dans votre paroisse...'.

En sortant du bus, le prédicateur dut se cramponner au premier réverbère pour ne pas tomber et dit 'Oh mon Dieu ! J'étais à deux doigts de vendre ton fils pour 40 centimes...'.

Nos vies sont la seule Bible qu'un bon nombre d'hommes et de femmes liront durant leur temps sur cette terre. Cette histoire est l'effrayant exemple

comment notre entourage nous regarde en tant que chrétiens, et combien ils nous testeront comme tel !

Restez toujours sur vos gardes - et souvenez-vous

- Vous portez le nom de Jésus sur vos épaules lorsque vous affirmez être chrétiens alors :

Surveille tes pensées ; elles deviennent paroles.

Surveille tes paroles ; elles deviennent actions.

Surveille tes actions ; elles deviennent habitudes.

Surveille tes habitudes ; elles deviennent caractères.

Surveille ton caractère ; il influencera ta destinée.

Auteur Inconnu



Que fait donc Dieu lors des cyclones?

09:37, 9/09/2008 .. Posté dans Théologie .. 1 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

Constatant les diverses cyclones qui frappent Haïti, peut-être que vous vous posez cette question : où est Dieu, qu’est-ce qu’il fait et pourquoi n’agit-il pas ? Ou bien , Dieu n’est –il pas responsable des malheurs qui frappent Haïti. ? Certainement, la réponse est non. Argumentons un peu

Les cyclones sont des phénomènes naturels et l’un des facteurs de base à leur formation est une élévation de température de l’eau du fond des océans jusqu’à dépasser les 26 degrés Celsius. Aujourd’hui, cette température est facilement atteinte à cause des gaz à effet de serre (Co2, Pb etc.) qui proviennent de nos usines, de nos voitures, nos appareils de congélation, et qui réchauffent progressivement la terre. Depuis le 20eme siècle, la fréquence des cyclones a vraiment augmenté et l’une causes avancées est le réchauffement climatique. Certainement, nous pouvons voir, à travers la Bible et dans les histoires des temps anciens, que les cyclones ne sont pas même pas maintenues comme l’un des instruments que la Divinité pouvait se servir pour détruire la terre, tellement elles étaient rares. Aujourd’hui, dans un esprit matérialiste poussé, nous sommes en train de changer la Nature en la rendant fragile et mortelle pour nous tous. Nous avons choisi de détruire cette Nature que Dieu nous a donnée au profit d’un Monde individualiste et matérialiste, dépourvu de toute Morale, et maintenant nous en payons les frais.

Une autre question tout aussi pertinente est pourquoi Dieu ne protège-il pas les chrétiens contre ces malheurs. Car, nous pouvons constater que lorsque ces cyclones frappent, ils détruisent les vies et les biens de ceux qui sont sans Christ comme de ceux qui sont en Christ. Pourquoi Dieu ne protège-t-il pas les siens ?

La Bible est claire sur cette question c’est que nous subissons tous les conséquences de la chute et nous tous (faisant partie de la Création) soupirons encore les douleurs de l’enfantement jusqu’au retour de Christ qui va saccager ceux qui ont saccagé la Terre. De plus, nous devons ajouter que les chrétiens qui devraient être les défenseurs de cette Terre que Dieu a créée, dans la majorité des cas, se perdent dans ce monde déchu en devenant comme ceux qui n’ont pas connu Dieu, des individualistes et des matérialistes. N’est-il pas donc normal que nous soyons également frappés par ces malheurs ?

C’est vrai que Dieu pourrait agir pour protéger les chrétiens .Cependant, il faut comprendre que nous aussi avons péché en détruisant la Nature et que nous devons également en subir les conséquences. Si quelqu’un commet des fautes, il doit en subir les conséquences (morale ou physique) car c’est la seule façon pour qu’il prenne conscience de ses fautes et de les corriger s’il en a la volonté. Les désastres doivent frapper les hommes car c’est l’une des preuves qui montre que nous avons gaspillé l’héritage que Dieu a légué à l’Humanité depuis la Genèse. C’est la preuve qui consolide le fait que tôt ou tard, malgré les progrès que nous avons réalisé, nous allons nous détruire et que seule l’intervention divine peut sauver la Terre et tous ceux qui croient en son Fils Jésus-Christ.

Dans le cas spécifique d’Haïti, ce n’est pas un secret pour personne que nous ( tous les haïtiens indistinctement) avons détruit notre environnement. Les gens qui coupent arbitrairement les arbres, qui construisent n’importe où, qui jettent les détritus dans les rues, dans les rivières, ne sont-ils pas également des membres de l’église ? Existe- t-il une théologie de l’environnement au sein de nos églises pour montrer aux chrétiens comment Dieu voit la Nature et quelles sont leur responsabilité envers elle ? Lorsqu’il y a des malheurs comme ces cyclones, nous voulons que les maisons des chrétiens soient épargnées alors ce que nous agissons de la même façon que les païens envers la Nature. Si Dieu agissait pour nous protéger, c’est sûr que ce sera contraire à sa Justice. Nous qui devons transformer le Monde pour le rendre semblables à Jésus-Christ, nous nous sommes laissés transformer par ce monde et nous en payons donc les frais.

Cependant, Dieu, comme un Père miséricordieux, malgré nos fautes, nos manquements, a quand même agi pour les haïtiens. Imaginez ce que serait Haïti si Dieu n’avait pas agi en sa faveur. Le Cyclone Gustav est passé aux USA (Louisiane) qui est sans exagération cinq cent (500) fois plus structurée que Haïti et a fait 7 morts. Logiquement, en Haïti, il devrait avoir plus de 3000 morts et nous n’en sommes qu’à une centaine. Oui, malgré nos manquements, nos fautes, notre Dieu miséricordieux a agi en notre faveur.- À lui soit la gloire

__Prions et demandons lui de nous faire grâce car nous sommes les seuls responsables de ce qui nous arrive.

__Agissons et aidons ceux qui sont frappées qui car nous sommes aussi responsables de leurs malheurs.

__Prions pour que le règne de Dieu arrive car là-dedans il n’ y aura plus de Hazel, plus de Flora, plus de Fayes, plus de Gustav, plus de Hanna ….car nous serons avec le Seigneur pour toujours, dans un Monde où le Temps et l’Espace nous seront soumis et ne pourront plus nous faire du mal.

__A Dieu seul soit la Gloire

Jean Baptiste Jean Guimy, Professeur de Théologie et de Bible



Administration de l'eglise

09:35, 9/09/2008 .. Posté dans Eglise et Societé .. 0 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

Il sont nombreux ceux qui pensent que l'eglise devrait etre dirigée par le Saint-Esprit et que aucune structure ne doit pas etre mise sur pied. ces eglises là n'ont pas d'administration, on n'a pas une structure de rapport et d'inventaire, on n'a pas vraiement de statut. les prises de decisions se laissent à desirer. A notre avis; nous ne pensons pas que ce soit la bonne methode de diriger l'oeuvre de Dieu. Dieu nous appelle à l'excellence et l'excellence a un grand prix. le prix de la planification, de la preparation. L'evangile selon Saint Luc, chapitre 14:28 nous donne un exemple de planification. et c'est ce que Dieu attend de nous.

 

 



Ecole du Dimanche

15:55, 5/09/2008 .. Posté dans Théologie .. 0 commentaire(s) .. 0 rétrolien(s) .. Lien Permanent

MISSION :

 

La mission du ministère de l’Ecole du dimanche et des Enfants est de produire des chrétiens fidèles et fermes dans la parole de Dieu.  Ceci inclut la responsabilité de:

·        Promouvoir la formation de classes d’école du Dimanche (par age, sexe, groupe d’intérêt, etc.) au sein de l’Eglise ;

·        Assurer un enseignement biblique approprié à l’age et aux intérêts des différents membres de l’Eglise ;

·        Encourager la participation des adultes et jeunes matures dans le ministère de l’enseignement de la parole ;

·        Encourager l’organisation d’activité « extra-curriculaires » afin de faciliter l’interaction entre les différents membres de l’école du Dimanche ;

·        Mener les enfants à la connaissance du Seigneur Jésus Christ ;

·        Faire en sorte que les membres de l’église puissent arriver à la connaissance de la parole de Dieu et à la pratiquer dans leur vie quotidienne.

L'ecole du dimanche ne peut atteindre sa mission si le coté organisationnel est négligé.  Avec le Saint-Esprit comme guide, nous devons nous mettre à la tache.

 

Pasteur Ronel



Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

Liens

topchretien
Ligue pour la lecture de la Bible

Catégories

Théologie
Psychologie pastorale
Evangélisation
Eglise et Societé
Ethique
Predication

Articles Récents

Le temps
Les chretiens face à l'environnement
Ne vendez pas Jesus pour 40 centimes.
Que fait donc Dieu lors des cyclones?
Administration de l'eglise

Amis